Interview : Aïssatou Dalanda Bah, DG de Larando S.A.R.L répond aux questions de Tabouleinfos !  

999

Aïssatou Dalanda Bah  est la Directrice Générale de Larando S.A.R.L, une société de droit évoluant dans l’accompagnement et dans la sensibilisation de certification biologique, dont sa filiale est Larando Bio qui est une vitrine de la transformation des produits cosmétiques Bio et naturels.

Lutter contre la dépigmentation volontaire et promouvoir la beauté naturelle est l’objectif qu’elle s’est fixée. Le début de cette semaine, l’équipe de Tabouleinfos.com s’est entretenue avec cette cheffe d’escale de Tunis Airlines en Guinée. Depuis 2010, évolue Mme Yombouno Aïssatou Dalanda Bah dans l’aéronautique. Au paravent, elle a travaillé pour les compagnies Air Sénégal et Air Ivoire.

Ci-dessous, lisez cette interview !

Tabouleinfos.com : Parlez-nous de votre parcours universitaire et professionnel ?

Aïssatou Dalanda Bah : J’ai fait mon BAC au Cameroun… en Guinée et aux Etats Unis. Comme parcours professionnel, je suis me plus orientée vers l’aéronautique dont je suis cheffe d’escale d’une compagnie en Guinée.

Tabouleinfos.com : Aujourd’hui, vous êtes entrepreneure et Directrice Générale de la société Larando S.A.R.L, dites-nous comment vous vous êtes retrouvée à la tête de cette société ?

Aïssatou Dalanda Bah : Je suis la Directrice Générale de Larando S.A.R.L. Je me suis retrouvée dans ce domaine par amour, parce que ma vocation a été pour tout ce qui est naturel. Je me suis dit pourquoi consommer les produits des autres et pourquoi ne pas valoriser les nôtres. Larando S.A.R.L est une société de droit qui est dans l’accompagnement et dans la sensibilisation de certification biologique, dont sa filiale est Larando Bio qui est une vitrine de la transformation des produits de base cosmétique.

Tabouleinfos.com : Dans Larando S.A.R.L, se trouve Larando Bio. Parlez-nous de cette filiale de votre société ?

Aïssatou Dalanda Bah : D’abord, Larando est un mot en dialecte kissi, qui veut dire la ‘’confiance’’. Mon mari est kissien. Donc par amour pour lui et mes enfants, j’ai voulu mettre cette petite touche mixte  dans la prononciation de Larando. Quant à la filiale Larando Bio, je me suis dit, si je suis déjà pro dans tout ce qui est produit cosmétique naturel, pourquoi ne pas fonder ce domaine en Guinée.  C’est d’où m’est venue l’idée de mettre en place cette vitrine qui sera l’exposition des produits. C’est-à-dire, où on trouvera l’huile végétale et des savons. Mais tous transformés à base des produits locaux en Guinée.

Tabouleinfos.com : Quel objectif vise Larando Bio évoluant dans la transformation des produits locaux ?

Aïssatou Dalanda Bah : Aujourd’hui, l’objectif de Larando Bio  est d’emmener les gens à opter pour tout ce qui est naturel, à bannir trop de produit chimique qui détruit l’épiderme. Il faut valoriser sa peau. Il ne faut jamais délaisser le côté naturel pour se lancer dans la dépigmentation volontaire.

Tabouleinfos.com : Pensez-vous atteindre les objectifs recherchés par Larando Bio sachant qu’aujourd’hui le marché est inondé par des produits éclaircissants ?

Aïssatou Dalanda Bah : Oui ! J’ai toujours l’espoir que ça y ira, parce que nous sommes déjà sur la bonne voie. Aujourd’hui, je remercie vraiment la population guinéenne. Beaucoup ont commencé à comprendre et beaucoup ont commencé à revenir à leur peau naturelle. Franchement, ça va ! J e tire un chapeau à tous ceux qui sont en train de revenir à leur peau d’origine. La plus grande clientèle chez nous, c’est tous ceux qui se sont lancés dans l’utilisation des produits chimiques et qui veulent migrer vers le naturel.

Tabouleinfos.com : Quels sont les différents produits peut-on retrouver chez vous ?

Aïssatou Dalanda Bah : Nous avons des huiles végétales, des huiles essentielles, des savons, des gommages, la poudre de curcuma…

Tabouleinfos.com : Quel message pouvez-vous lancer à l’endroit des consommateurs des produits éclaircissants ?

Aïssatou Dalanda Bah : Le conseil que je peux leur donner, c’est de se poser la question eux-mêmes et de se mirer avant de s’exposer devant la population. Parce que je pense que le miroir ne va jamais les tromper. S’ils se mirent eux-mêmes et ils voient dans quel état est leur peau aujourd’hui, ça va leur servir de leçon. Donc tout ce que je peux leur dire, c’est de ne plus détruire leur peau. Car leur peau est chère pour eux. Elle ne leur a pas demandé grand-chose, mais juste l’entretenir de façon naturelle.

Ceux qui n’ont jamais utilisé des produits éclaircissants et qui veulent se lancer, ils n’ont qu’à essayer de faire une journée de marche dans la rue pour voir ceux qui sont dedans, quel est leur résultat. Je pense que cela va leur servir de leçon de ne pas s’y lancer, parce que franchement ce n’est pas un résultat parfait. Il est bien vrai qu’aujourd’hui, il y a beaucoup plus de publicité de produits éclaircissants et ça incitent la jeune population de s’y lancer. Parce que ce n’est pas seulement les jeunes filles ou les femmes qui sont dans la dépigmentation volontaire. Il y a des hommes aussi. J’ai eu à rencontrer plusieurs hommes qui viennent dans ma boutique et ils ont des problèmes de peau. Ils regrettent vraiment leur acte. Tout ce que je peux dire à la nouvelle génération qui veut s’y lancer, c’est de réfléchir et faire un tour dans la rue pour essayer de voir le résultat dont les doyens ont déjà sur leur peau.

Tabouleinfos.com : Selon vous, qu’est-ce qui pousse ces femmes ou jeunes garçons à utiliser les produits éclaircissant ?

Aïssatou Dalanda Bah : Je me suis toujours dit que c’est le complexe qui les pousse à le faire, parce qu’ils ne sont pas fiers de ce qu’ils sont. Ils n’ont pas l’amour de leur peau…  Quand elles viennent dans ma boutique, elles me disent que leurs chéris veulent des femmes de teint clair. Elles n’ont qu’à comprendre qu’il y a des femmes de teint clair qui sont naturelles qui n’ont jamais fait vivre leur peau des produits chimiques ou des produits éclaircissants pour éclaircir. Mais elles sont naturellement de teint clair. Donc il ne faut pas qu’elles se laissent berner par les hommes ou par qui que ce soit pour aller changer leur peau pour plaire à quelqu’un. Elles n’ont qu’à arrêter…de toutes les façons elles ne seront pas blanches, elles ne seront pas métisses. Au contraire, tu vas détruire ton épiderme.   

Tabouleinfos.com : Quel est votre mot de la fin ?

Aïssatou Dalanda Bah : Mon mot de la fin, c’est d’inviter la jeunesse à entreprendre, tous ceux qui sont dans cette voie de ne pas baisser les bras, mais d’aller de l’avant. On ne grimpe pas à une échelle rapidement. C’est ‘’step by step’’. Ils n’ont qu’à mettre en tête que toute chose à son temps. C’est la persévérance. Surtout de ne pas lâcher. Tant que tu n’as pas atteint ton objectif, il faut toujours y croire.

Aboubacar Fodé Bangoura

Facebook Comments Box