Le chorégraphe ivoirien, Georges Monboye en interview chez Tabouleinfos

0
379

Georges Monboye est un artiste danseur, maître chorégraphe, metteur en scène et directeur du ballet national de Côte d’Ivoire. Il est également le directeur de plusieurs centres chorégraphiques à travers le monde. En séjour à Abidjan, l’équipe de Tabouleinfos.com s’est entretenue avec ce géant de la chorégraphie lors de la 13ème édition du Marché des Arts et du Spectacle Africain (MASA). 

Dans cet entretien exclusif, George Momboye a bien voulu faire un retour en arrière sur sa carrière et nous présenter ses projets du centre de formation d’Abidjan et au niveau du monde.

Lisez cet entretien !

Tabouleinfos : Bonsoir Coach ! Présentez-vous.

George Momboye : Je suis George Monboye, chorégraphe, directeur du ballet national de Côte d’ivoire et du cirque national. Je suis chorégraphe international. J’ai mon école de danse à Paris. 

Tabouleinfos : Vos créations ont toujours proposé des décors originaux et surprenants. Comme ce fut la récente CAN Côte d’Ivoire. Avez-vous  des projets pour les années à venir ? 

George Momboye : C’est vrai que ce n’était pas facile pour réaliser cette cérémonie d’ouverture de la CAN qui s’est déroulée chez nous. Mais je suis quelqu’un, je ne lâche jamais. Ce qui est certains, c’est que je suis toujours porté par mes traditions et par ma culture à la fois ivoirienne, mais africaine. J’ai été aussi  formé par les guinéens, des sénégalais et des ivoiriens. Donc tout ça est une source qui me sert aujourd’hui à réaliser de gros projets. Alors, j’ai crée un centre Monboye qui a trois studios de danses, plus un théâtre de deux centre de 250 places à Abidjan… J’ai commencé à former les jeunes. Voilà, il y a déjà des projets.

Tabouleinfos : Est-ce que cette chorégraphie de la CAN est la plus grande réalisée dans la carrière de George ? 

George Momboye : Elle fait partie des plus grosses cérémonies Chorégraphiques que j’ai réalisé, notamment, celle de 2010 en Afrique du Sud. J’ai participé aussi à la chorégraphie 2012 à Londres des Jeux Olympiques et puis maintenant voilà dans mon pays. La cérémonie d’ouverture du Festi-man à Dakar c’était encore moi et donc, j’espère que pour la Guinée je viendrais.(rire).

Tabouleinfos : Comment procédez-vous au Casting de tous ces danseurs à l’aurez des  événements comme l’ouverture de la CAN ?

George Momboye : J’ai toujours dit qu’il n’y a pas d’école de danse en Afrique, les petites compagnies, les moyennes compagnies, les grandes compagnies de danses. Elles font offices d’école de danse alors, il faut leur rendre hommages. Pour avoir tous ces danseurs, j’ai fait le tour de toutes ces compagnies de danses et on a sélectionné les meilleurs.

L’idée c’est d’impliquer les directeurs de compagnies qui toute leur vie, sont passionnés et payent le transport, nourrirent par fois, apportent des soins à l’égard de ces danseurs. Donc il faut aller vers eux et prendre les meilleurs et c’est comme ça qu’eux aussi vont apprendre pour être la relève de demain. 

Tabouleinfos : Les chorégraphies, vous les Montez tout seul ou vous avez d’autres assistants ?

George Momboye : Bien sûr que c’est un travail d’équipe. J’aime beaucoup travaillé en équipe même si j’ai le dernier mot. C’est toujours important de partager avec les frères et sœurs 

Tabouleinfos : Vous avez suivi la prestation du groupe Circus Baobab de la Guinée lors de la 13ème édition du MASA d’Abidjan 2024. Vous en dites quoi ?   Georges Momboye : Je trouve que c’est un beau travail qui est rempli d’émotion et de technique. C’est impressionnant, ces jeunes femmes au milieu des jeunes garçons pour faire le jeu. Le groupe a un très bel avenir. Ça promet quelqus chose qui va aller de lion. Je ne peux que souhaiter un grand succès  à Circus Baobab.

La  Guinée, nous sommes liés par le sang. Parce que j’ai ma première fille, elle est moitié guinéenne et moitié ivoirienne.

Tabouleinfos : A quand Georges Momboye sera en Guinée pour apporter son soutien à nos compagnies ?

Georges Momboye : je vous disais tantôt je suis lié à la Guinée par le sang, parce que j’ai ma première fille,  elle est d’une femme guinéenne, une Kouyaté.  C’est pour cela la Guinée et moi on est inséparable. On ne peut pas parler du mal de la Guinée devant moi. Je reste ouvert. Si on appelle, je viendrais même avec rien.

Tabouleinfos : Votre mot de la fin 

George Momboye : Je souhaite vraiment que la Guinée retrouve l’harmonie et la paix durable. Il faut qu’on le dise à haute voix, si aujourd’hui la danse africaine est connue dans le monde entier, c’est à travers les ballets africains de Guinée. C’est un pays qu’il faut honorer.

Entretien réalisé par Facely Diawara depuis la Côte d’Ivoire  

Facebook Comments Box