Interview : Natu Camara au micro de Tabouleinfos !

928
Natu Camara

En séjour en Guinée depuis le mois de février dernier, la chanteuse guinéenne, Natu Camara a bougé pour les Etats Unis dans la soirée du samedi 17 avril 2021. A l’aéroport International de Conakry Gbessia, on s’est entretenu avec ce membre du groupe de rap féminin guinéen ‘’Ideal Black Girls’’. Lors de cet entretien, l’artiste résidante aux USA, nous a parlé de son séjour au bercail, son prochain projet d’album, sa fondation, sa désignation par l’Harmattan Guinée comme Ambassadrice de Conakry Capitale du Livre et d’autres sujets liés à sa carrière musicale.

Ci-dessous, découvrez cette interview réalisée le week-end passé  par Tabouleinfos.com !

Tabouleinfos : Qu’est-ce qu’on peut retenir de votre séjour à Conakry ?

Natu Camara : J’ai eu un très bon séjour en Guinée. Je suis parvenue à faire beaucoup de choses. Je suis en train de préparer mon deuxième album que j’ai commencé à ficeler ici. J’ai eu le temps de travailler un peu sur ma fondation et sur d’autres projets que j’ai entrepris.

Tabouleinfos : Durant votre séjour au bercail, qu’est-ce que vous aviez pu apporter aux autres artistes chanteurs ?

Natu Camara : Pour le moment, ce que je peux apporter à la jeunesse guinéenne en général, c’est de l’inspiration. C’est-à-dire une valeur humaine. A cause de la pandémie, je n’ai pas pu faire les formations que j’avais prévues avec la jeunesse.

Tabouleinfos : En novembre 2018, Natu a sorti l’album ‘’Dimedi’’ sur le marché. Dites-nous, comment se porte ce projet loin des frontières guinéennes ?

Natu Camara : Cet album est excellent, parce que c’est grâce à ce produit que je parviens à tourner et avoir mon pain. Donc je peux dire qu’il se porte bien.  

Tabouleinfos : Vous êtes sur les préparatifs de votre deuxième album. Parlez nous de ce projet ?

Natu Camara : Mon deuxième album, est un album avec beaucoup de surprises. Le travail que nous faisons, nous essayons de le faire mieux que le premier. Donc je suis en train de ficeler ce projet. J’espère faire des featuring avec des artistes de partout (Guinée, Sénégal, Côte d’Ivoire, USA).

Tabouleinfos : Aujourd’hui, vous représentez la Guinée dans les grands rendez-vous culturels internationaux. Etes-vous surprise de votre ascension ?

Natu Camara : Non, pas du tout ! Je ne suis pas surprise de mon évolution, parce que tout ce que j’ai fait était programmé. Le deuxième album sur lequel je travaille, j’ai déjà un plan pour les dix ans. J’ai commencé à ficeler le premier album en 2013. J’ai étudié tous les points nécessaires pour que je sois là où je suis. Les personnes que je devais contacter, les moyens qu’il faut. J’ai étudié le marché avant… Je ferai la même chose pour le deuxième album. Quand je travaille, je ne me dirai pas que je suis une star ou je suis meilleure que tout le monde. Je me donne un objectif et je me bats pour l’atteindre… Je ne suis pas perfectionniste, mais je veux que le travail soit presque parfait.

Tabouleinfos : En dehors de la musique, vous évoluez dans l’humanitaire. Qu’est-ce qui a été à la base de ce combat surtout pour les femmes et les enfants ?

Natu Camara : J’ai grandi en Guinée. Quand on grandissait, il y a beaucoup de choses qui manquaient aux jeunes filles. Jusque là quand je viens au pays, je rencontre les filles. Elles me parlent de leurs problèmes. Je me demande comment pourrais-je les aider ? Quand Je vais dans les quartiers, je vois comment les enfants jouent, je me demande comment les aider. A chaque fois que je vois des filles qui ont trop de lacunes dans ce pays à la quête du travail, les filles qui font du n’importe quoi, parce qu’elles n’ont pas de guide et de moyens. Je me suis dit qu’est-ce que je peux les apporter. En tant qu’artiste, ce n’est pas seulement la musique que je peux les apporter. Je peux les apporter mon expérience, la formation…d’où l’idée de la fondation est venue… Si tu veux changer un pays, tu dois commencer par les enfants. Parce que les grands ont déjà leurs têtes sont déjà quelque part. Tu fais de ton mieux, tu les formes. Mais les enfants, par contre, si tu les mets dans un autre niveau, ils deviennent des bonnes personnes. Si veux changer le régime des femmes, il faut commencer par les jeunes filles. J’ai plus d’influences sur ces gens, parce que je suis passée par là et j’ai beaucoup de ressources pour pouvoir les aider.

Tabouleinfos : Vous venez d’être désignée Ambassadrice de Conakry Capitale du Livre. Comment aviez-vous accueilli cette nouvelle et que comptez-vous apporter à cet événement ?

Natu Camara : C’est un honneur d’être désignée comme Ambassadrice de Conakry Capitale du Livre. Que je sois Ambassadrice ou pas, je supporte carrément la lecture. Je veux que les enfants aillent à l’école. Donc je suis numéro un (#1) de la lecture. Donc pour cette raison, je supporte l’Harmattan Guinée et tous ceux qui poussent les enfants d’aller à l’école. Maintenant en tant qu’Ambassadrice de Conakry Capitale du Livre, cela veut dire que je peux mettre mon point de vue dans le travail de l’Harmattan Guinée et mon expérience à leur disposition. Je suis disponible. Je suis en train de travailler pour ouvrir une librairie à Tanènè, parce que la jeunesse de cette localité m’a demandé qu’elle ait besoin d’une librairie. J’ai parlé avec le maire. Nous allons voir après Tanènè ça sera où encore. Le temps que j’aurai en tant qu’Ambassadrice, je vais l’utiliser pour les jeunes…

Tabouleinfos : Le mot de la fin ?

Natu Camara : C’est de dire à toutes les jeunes filles et les enfants de se concentrer sur la construction de soi-même, d’étudier. Surtout la lecture, elle est très importante. Mais à part la lecture, de s’inspirer des personnes, est très important. J’ai commencé à venir en Guinée et je compte revenir pour faire beaucoup de choses. Maintenant, je suis installée entre la Guinée et New York. J’essai de passer plus de temps au bercail pour faire fonctionner ma fondation avec une flexibilité. J’ai mon team au pays pour ceux qui souhaitent y adhérer. Nous allons partager le numéro sur ma page facebook et instagram. Les gens peuvent toujours envoyer les messages. Nous allons aussi créer un système d’inscription pour les gens puissent s’inscrire. Enfin, mon album arrive très bientôt. Donc restez à l’écoute. Et bon ramadan à tous !

Lire aussi : Natu Camara au rendez-vous du Festival de Musique du Monde de Madison

Aboubacar Fodé Bangoura

 

Facebook Comments Box