Le rastafari, la marijuana, les dreadlocks, le MOURAG : ce que pense Jah Max Mara (Interview)

651

Au début du mois de juillet, Jah Max Mara est intervenu chez Tabouleinfos.com. Dans la première partie de cette interview déjà publiée, il nous a parlé de ses débuts dans le reggae, ses albums et l’évolution du reggae guinéen dans la sous région. Dans cette deuxième partie de notre entretien, le premier reggae man guinéen, a évoqué des sujets liés au rastafari (marijuana, dreadlocks). Sans oublier le retour du Mouvement Rasta de Guinée qui était disloqué depuis des années.  

Tabouleinfos Qu’est-ce qui est devenu le MOURAG ?

Jah Max Mara : On veut faire revenir le MOURAG. Il y a eu même une élection, j’ai été élu président du Mouvement Rasta de Guinée.

Tabouleinfos : Qu’est-ce qui avait freiné l’évolution du MOURAG ?

Jah Max Mara : On ne s’entendait pas. C’est la vérité. Il y avait toujours des petits problèmes de leadership entre nous. Chacun voulait montrer qu’il est capable ‘’Je suis comme ça’’… Finalement, je leur ai dit, si chacun pense ainsi, on fera souffrir le Mouvement Rasta de Guinée. Chacun est ce qu’il est. Nous avons un objectif. C’est notre dernier virage. Il faut qu’on fasse quelque pour les enfants, qu’on s’organise, qu’on se donne la main. Si aujourd’hui, le reggae guinéen ne se comporte pas bien et qu’on est pas bien organisé pour mettre un festival en place, c’est de notre faute. Si on ne s’entend pas, un jour, les enfants se fâcheront après nous. Ils diront que les grands frères n’ont rien fait et ils auront raison. Si le MOURAG a eu un grand retard, c’est parce qu’on ne s’entendait pas. Maintenant, je pense que ça va. Dans le mouvement, on avait créé l’orchestre Africa Rasta, qui est présentement international. Au sein de cet orchestre, Daddy Cool y était et tant d’autres. Aujourd’hui,  Africa Rasta a grandi, il y a beaucoup d’artistes africains dans l’orchestre, des guinéens et même des blancs. On est en train de travailler. Donc on revient avec force.

A lire aussi : Interview/Jah Max Mara : « Le reggae guinéen se porte très mal »

Tabouleinfos : Jah Max Mara est-il rasta ?

Jah Max Mara : Je suis musulman. Je n’appartiens pas à Haïlé Sélassié. Je le dirai haut et fort devant tous les rastas. Cela n’engage que moi. Quand je dis Jah, j’aimerai que les gens me répondent ‘’Kuranko Faray’’. Je suis Kuranko de la République de Guinée…

Tabouleinfos : Quelle est votre conception du rastafari ?

Jah Max Mara : Pour moi, être rasta, c’est juste un comportement. Un rasta doit être positif en respectant les clauses du rastafari.

Tabouleinfos : Faut-il fumer de la marijuana pour se sentir rasta ?

Jah Max Mara : Ce n’est pas une obligation de fumer le ganja. Ce n’est pas aussi forcement que tu portes des dreadlocks. Dire que le rasta ne mange pas de la viande, si tu ne mange pas la viande, comment tu vas t’arrêter ? Pour moi c’est des histoires. Un rasta, il faut juste te comporter bien.  

A lire aussi : Jah Max Mara à propos de Takana Zion : « C’est une grande fierté pour moi »

Aboubacar Fodé Bangoura

Facebook Comments Box